Sécurité sociale et mutuelle santé

Comment veiller sur la santé de vos proches sans être intrusif ?

veiller sur la santé de vos proches sans être intrusif
621views

Vous vous inquiétez certainement pour l’état de santé de vos parents, de vos amis proches et de votre conjoint, mais vous savez qu’il s’agit d’un sujet intime et ne savez peut-être pas comment aborder ce sujet sans faire intrusion dans leur vie privée. Nous avons donc rédigé ces quelques conseils pour vous aider à trouver un juste milieu pour prendre soin de vos proches subtilement.

Parlez de vos bilans de santé pour entamer la conversation

Au cours d’une conversation anodine, évoquez le fait que vous avez pris un rendez-vous pour un bilan de santé annuel et profitez-en pour demander à votre proche s’il fait de même régulièrement. En effet, une prise de sang annuelle permet de détecter certaines maladies à un stade qui les rend facilement curables. Cet acte simple évite donc de nombreux décès.

Si toutefois, vous devez faire face à un deuil dans votre entourage social, vous pourrez créer des plaques funéraires personnalisables sur https://plaquedeces.fr pour témoigner votre sympathie. Présentez vos condoléances à la famille endeuillée et faites-leur savoir que vous gardez un excellent souvenir du défunt.

Lire  Mutuelle santé : le guide de la résiliation infra-annuelle

Surveillez quelques signes chez vos proches sous ordonnance

Si l’un de vos proches est sous ordonnance de médicaments tels que de la codéine ou tout autre analgésique qui peuvent provoquer une accoutumance, faites attention à ce que cette personne ne dépasse pas les doses de manière dangereuse.

Surveillez les signes de l’accoutumance, comme des tremblements, des pertes de conscience ou encore une irascibilité particulièrement exacerbée.

Soyez vigilant, car de plus en plus de personnes rencontrent ce problème et finissent par dépasser les doses prescrites pour que le médicament fasse effet et les soulage. Malheureusement, cela peut conduire à une overdose qui peut être mortelle si elle n’est pas prise en charge rapidement aux urgences.

état de santé de vos parents

Le traitement de la douleur est extrêmement difficile à maîtriser, tant pour les professionnels de santé que pour les patients. En effet, plus on prend d’antidouleurs, plus il faut une dose conséquente pour en ressentir les bienfaits.

Et plus le dosage est élevé, plus les risques d’accoutumance sont présents. Il s’agit donc d’un cercle vicieux qu’il faut savoir stopper tant qu’il est encore temps et parfois accompagner les patients dans un parcours de sevrage.

Faites savoir à vos proches que vous êtes présent en cas de besoin

Le plus important est que votre entourage sache qu’il peut compter sur vous en cas de nécessité et que cela ne vous ennuiera pas de les aider. Certaines personnes ne demandent pas d’aide en raison du fait qu’ils ne veulent pas être un poids pour leurs proches. Le simple rappel que ce serait avec plaisir que vous seriez présent pour écouter, conseiller ou accompagner peut permettre de débloquer certaines situations et d’ouvrir le dialogue.

Lire  Tout savoir sur l’incapacité permanente due à un accident de travail

Si vous sentez que l’un de vos proches est dans la détresse quant à sa santé, mais qu’il n’ose pas vous en parler, ne soyez pas frontal, mais abordez le problème en douceur, en laissant la personne revenir vers vous lorsqu’elle sera prête à s’ouvrir.

Accompagnez vos proches dans leurs démarches

Dans le cas où l’un de vos proches vous ferait part d’un problème de santé et vous demanderait de l’aide pour traverser cette épreuve, soyez un accompagnateur discret, mais présent. Avant tout, soyez une oreille attentive et bienveillante. Ne prenez aucune initiative sans en parler à votre proche au préalable, par exemple, ne prenez pas de rendez-vous chez un spécialiste à sa place. Communiquez sur votre opinion, mais n’oubliez pas que vous n’êtes pas le décisionnaire.

Si vous estimez que votre proche doit consulter tel ou tel professionnel de santé, faites-lui part de votre idée et suggérez-lui de prendre rendez-vous par lui-même tout en lui rappelant que vous serez là pour l’accompagner. Une fois dans le cabinet du professionnel, si vous êtes présent lors de la consultation, écoutez, mais ne prenez la parole que si vous y êtes invité.

Ne répondez pas aux questions à la place de votre proche, même si vous savez qu’il ne dit pas la vérité, notamment sur les questions relatives à la consommation d’alcool ou de drogue. Au contraire, parlez-en en privé avec votre proche après la consultation et incitez-le à se livrer au médecin, en lui rappelant son intérêt.

Lire  Comment savoir si on a une bonne mutuelle ?

Nous espérons vous avoir aidé à aborder le sujet sensible qu’est la santé avec vos proches. En cas de doute sur le fait qu’une personne soit en danger, n’hésitez pas à en parler à un professionnel de la santé, qui sera à même de vous aider à prendre les bonnes décisions.

Commenter cet article