Santé quotidienne

Le tabagisme : le facteur de risque numéro un du cancer du poumon

477views

Les personnes qui fument des cigarettes sont beaucoup plus susceptibles, soit 15 à 30 fois plus, d’avoir un cancer du poumon que celles qui ne fument pas, outre la mauvaise haleine. Et plus elles fument chaque jour, plus le risque augmente. Le Collège des Pneumologues des Hôpitaux Généraux a publié le résultat d’une enquête, en France, concernant les malades de ce cancer. Ce dernier révèle que près de la moitié d’entre eux sont des fumeurs ou des anciens fumeurs.

Au cours de cette dernière décennie, le tabagisme est apparu comme un indicateur pronostique et prédictif du cancer du poumon, avec d’autres variables. Et le tabac est lié à environ 80 à 90% des cas de cancers du poumon qui, en passant, est l’un des cancers les plus difficiles à guérir. Après une brève définition de cette maladie pulmonaire, nous allons aborder divers points, tels que l’incidence de la durée de la période de consommation de tabac, la sensibilité de chaque individu aux substances toxiques du tabac, tabagisme passif et les autres facteurs qui provoquent cette maladie chez les non-fumeurs.

Le cancer du poumon en quelques mots

Cette maladie commence avec l’apparition et la croissance incontrôlée de cellules anormales dans un ou deux poumons. En général, les cellules concernées sont celles qui tapissent les passages d’air. Donc, des cellules anormales se développent et se divisent rapidement pour ensuite former des tumeurs. Plus ces dernières deviennent grandes et nombreuses, plus elles mettent à rude épreuve la capacité de l’appareil respiratoire à fournir de l’oxygène.

Il existe différents types de cancer bronchique :

Le cancer du poumon primaire prend naissance directement dans les poumons, tandis que l’autre type appelé le type secondaire commence ailleurs dans le corps et se dissémine jusqu’à atteindre les poumons.

D’autre part, il y a le cancer du poumon à petites cellules qui est plus agressif et affecte habituellement les fumeurs invétérés. Contrairement au cancer non à petites cellules, la division des premières cellules est très rapide.

En combien de temps le fumeur régulier peut-il avoir le cancer? 

Habituellement, il faut de nombreuses années et même des décennies pour que les dommages du tabagisme sur l’ADN provoquent le cancer. En effet, le corps humain est fait pour faire face à des attaques grâce au système immunitaire. Pourtant, il est beaucoup plus difficile pour le corps de lutter contre les nombreux produits chimiques très nocifs que contiennent la fumée des cigarettes : plus de 1000 produits chimiques dont plus de 40 sont connus pour être cancérigènes(le benzène, le monoxyde de carbone, etc.). Chaque cigarette que l’on fume endommage petit à petit les cellules pulmonaires, entre autres, mais c’est l’accumulation de ces dommages dans chacune de ces cellules qui peut mener au cancer. Des recherches scientifiques ont montré qu’à chaque fois qu’une personne aurait fumé 15 cigarettes, cela entraîne un changement dans l’ADN et les cellules concernées peuvent devenir cancéreuse. Plus vous fumez de cigarettes par jour, plus le risque vous contractiez un cancer est élevé.

L’étendue de la période de tabagisme a donc une grande incidence sur le risque d’avoir le cancer du poumon. Pour cette raison, il est toujours préférable d’arrêter de le tabagisme le plus tôt possible car plus vous tardez, plus les risques sont accentués.

La sensibilité au tabac diffère d’une personne à une autre

Les personnes dont les parents, les frères, les sœurs ou les enfants ont eu un cancer du poumon seront soumises à un risque plus élevé de contracter cette même maladie. En outre, si vous avez survécu à ce fléau, vous n’êtes pas à l’abri de développer de nouveau les mêmes cellules cancéreuses. Le cancer peut être le résultat d’une prédisposition génétique héritée des membres de la famille. Il est donc possible d’être né avec certaines mutations génétiques ou une défaillance dans un gène qui rende plus susceptible de développer un cancer plus tard dans la vie ou suite à l’exposition à certains facteurs environnementaux.

Toutefois, nous savons aujourd’hui que chaque personne témoignera d’une résistance différente face à ce cancer : certaines personnes ont des gênes plus sensibles que d’autres. Mais le meilleur moyen de réduire les risques encourus est de complètement arrêter de fumer.

Qu’en est-il du tabagisme passif ?

Les fumeurs secondaires sont les victimes du tabagisme passif. En fait, ces dernières respirent la fumée de cigarette des fumeurs et sont également exposé aux risques de contracter un cancer du poumon, du larynx, du pharynx ou d’avoir d’autres problèmes de santé tels que les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux.

Le tabagisme passif est particulièrement dangereux pour les enfants. Dans ces cas, les risques d’infection de l’appareil respiratoire, d’asthme, de méningite bactérienne et autres sont fortement élevés. En fait, environ 85% de la fumée de tabac n’est pas visible à l’œil nu et des particules de fumée peuvent aussi s’amasser sur les vêtements et sur d’autres surfaces. Par conséquent, pour réduire l’exposition de votre enfant à tous ces dangers, arrêtez de fumer ou fumez à l’extérieur.

Selon une enquête KBP, les femmes seraient plus sensibles que les hommes au tabagisme passif : selon les chiffres, les femmes non-fumeuses affectées par un cancer du poumon sont plus nombreuses que les hommes.

Quels sont les cancers causés par le tabagisme ? 

Les produits chimiques contenus dans la fumée de cigarette pénètrent dans la circulation sanguine par l’intermédiaire des poumons et affectent tout le corps. Pour cette raison, le tabagisme provoque de nombreuses maladies, incluant au moins 14 types de cancer et d’autres maladies cardiaques et pulmonaires.

En outre, plus de 4 cas de cancer bronchique sur 5 sont provoqués par le tabac. Les cigarettes à faible teneur en goudron et les filtres ne font que peu de différence puisque vous restez exposé aux mêmes risques de cancer que les fumeurs de cigarettes moyens.

Causes du cancer du poumon chez les non-fumeurs

On estime qu’environ 10% des cas seraient causés par des facteurs autres que le tabagisme actif. Par ailleurs, les cancers du poumon qui surviennent chez les personnes qui n’ont jamais fumé sont différents de ceux qui se manifestent chez les fumeurs dans leur profil moléculaire ainsi que dans leur réponse au traitement. Il y a donc lieu d’affirmer que des facteurs génétiques et environnementaux sont responsables du développement de cette maladie chez les individus qui n’ont jamais fumé. Cependant,  les informations disponibles sur l’épidémiologie descriptive du cancer du poumon chez les non-fumeurs sont étonnamment rares.

D’autres substances, à savoir l’amiante, les gaz d’échappement des moteurs diesel, et certaines formes de silice et de chrome, présentent également des risques très élevés. Ces éléments peuvent se trouver dans certains lieux de travail et leurs effets sont d’autant plus multipliés chez les personnes qui fument régulièrement.

Ainsi, le nombre d’années passées à fumer est beaucoup plus dangereux que le nombre de cigarettes fumées par jour. En outre, les effets néfastes du tabagisme sur la santé sont très graves et ne peuvent être annulés même si vous menez un style de vie sain après avoir fumé pendant des années. Le fait de faire du sport et d’avoir une alimentation équilibrée n’annule pas ces effets, néanmoins, arrêter de fumez permet de réduire les risques et cela est toujours recherché pour réduire la possibilité d’être atteint du cancer du poumon par la suite.

Leave a Response