sexualité

Préliminaires : pour joindre l’utile à l’agréable !

359views

Comme un apéro tranquille et agréable avant le diner, les préliminaires sont ces petits moments à la fois doux et piquants à savourer avec son partenaire avant d’engager l’acte sexuel. Le but est de faire monter subtilement le plaisir, sans parvenir à l’orgasme. Chez certains, de simples mots doux et des discussions salasses suffisent pour éveiller le désir chez leur partenaire. D’autres sont plus sensibles à ce qu’ils voient. La lingerie coquine est, pour les femmes, une arme de séduction massive pour faire craquer leurs hommes. D’ordre psychique ou d’ordre physique, les préliminaires englobent tous les actes qui préparent à l’acte sexuel.

L’intérêt des préliminaires

Les préliminaires ont toute leur importance dans l’acte sexuel. L’objectif premier étant de se faire mutuellement plaisir, les préliminaires permettent de tenter des expériences sensorielles excitantes, mais aussi de voir sa libido à son pic. Mais les préliminaires ont aussi un rôle à jouer dans le coït. Ils permettent, chez la femme, la sécrétion, en abondance, d’une substance lubrifiante qui rendra la pénétration plus agréable. Cette lubrification s’accompagne d’un relâchement musculaire au niveau de la partie génitale. Ce qui amène la femme à parvenir plus facilement à une sensation de plénitude. Chez l’homme, les préliminaires provoquent l’érection et le préparent à l’acte.

Les zones érogènes

À découvrir ensemble

Chaque personne possède sa zone sensible aux caresses : cou, oreilles, cheveux… qui incombe à son partenaire d’en faire la découverte. Ce qui fait des préliminaires un acte personnalisé, propre à chaque couple.

Les valeurs sûres

Certaines zones du corps sont communément érogènes, chez la plupart des individus. Notons les cuisses et les fesses, particulièrement sensibles aux caresses.

Chez la femme

Les zones érogènes féminines se situent généralement sur la zone pelvienne, sur la partie intérieure des cuisses, et sur toute sa partie génitale. Un effleurement, léger et subtil, provoque directement des sensations d’excitation chez la femme. Il en est de même pour toute la zone anale, extrêmement sensible au toucher et à la caresse. La palpation de la zone mammaire constitue également des préliminaires très stimulants.

Chez l’homme

Bien que l’anatomie masculine soit différemment constituée, les zones érogènes sont globalement situées aux mêmes endroits. Leur sensibilité est accrue au niveau des mamelons. Elle est également très développée, comme chez la femme, au niveau de l’intérieur des cuisses et de la zone anale. Mais, les parties les plus sensibles sont bien évidemment celles autour du sexe, le pubis, les bourses et les testicules. La stimulation au niveau de ces zones provoque chez l’homme une érection immédiate.

Les limites des préliminaires

Certaines zones, extrêmement érogènes, sont à stimuler avec modération, pour ne pas aboutir à l’orgasme. Ces zones érogènes actives sont le clitoris et l’intérieur du vagin, pour les femmes, et le pénis, particulièrement le gland, pour l’homme.

Il faut savoir également que le sexe oral sort du cadre des préliminaires, et constitue, en lui-même, un acte sexuel à part entière. La loi considère même le sexe oral forcé, même en l’absence de pénétration, comme un cas avéré de viol.

Leave a Response