Santé quotidienne

Pollution lumineuse : une problématique sanitaire à résoudre

Pollution lumineuse comment s'en débarraser
97views

La pollution lumineuse est un phénomène se développant de plus en plus dans le monde. Ce dernier s’accroît de 2% chaque année. En effet, de nombreux éclairages artificiels ubiquistes tels que les enseignes publicitaires, les éclairages urbains, les bureaux allumés en permanence…sont de nos jours constatés la nuit et détruisent l’obscurité souhaitée et nécessaire. Inconscient des répercussions néfastes que peut provoquer ce phénomène notamment sur la santé, l’être humain lui-même par ses actions contribue à l’extension de celui-ci.

 

À quoi est due la pollution lumineuse ?

Ce phénomène est le résultat de l’utilisation ou de la transmission déréglée de la lumière artificielle. Effectivement, une installation lumineuse à puissance exagérée est le principal facteur de l’évolution de celui-ci. Une durée d’éclairage non modulée, c’est-à-dire supérieure aux exigences concrètes, constitue également une cause de son évolution.

 

Lumières artificielles : quels effets sur la santé ?

Dans la plupart des cas, ces lumières ont un impact sur les enfants ainsi que sur les personnes atteintes de certaines maladies oculomotrices. Mais en général, la pollution lumineuse influe sur la régulation de l’horloge biologique de l’homme. C’est notre organisme qui est le plus sujet à divers dérèglements, à savoir le trouble du sommeil, plus concrètement l’insomnie.

Cette dernière affecte énormément notre santé, car elle engendre une fatigue chronique pouvant corrompre le bon fonctionnement de notre mémoire.  Le stress ou la dépression peut aussi être une de ses conséquences.

Cet éclairage est susceptible d’altérer la création d’hormones.  Or, ceci exige 5 à 6 heures d’obscurité pour pouvoir fonctionner normalement. Par ailleurs, il provoque une inhibition de la production de mélatonine, une hormone sécrétée seulement la nuit. Ce qui favorise le cancer et peut se présenter comme un risque de diabète.

Le manque de sommeil produit par la pollution lumineuse affecte en outre notre poids. Il peut entraîner le surpoids ou même l’obésité.

 

Comment limiter la pollution lumineuse ?

La première chose à laquelle il faut penser c’est prévenir ce phénomène. Le but est dans ce cas de mesurer l’utilisation de la lumière artificielle en ajustant cette dernière aux besoins de l’homme. Pour cela, il est nécessaire de favoriser la lumière extérieure. Comment doit-on s’y prendre alors ?

Chacun doit être conscient de son impact pour pouvoir y remédier. Ainsi, il nous incombe d’éliminer tout éclairage extérieur superflu comme les lampes qui s’avèrent être inutile ou autres dispositifs d’éclairage dans les espaces indigènes.  Ensuite, centraliser et orienter la lumière est une seconde option pour la prévention de ladite pollution.

De ce fait, on peut empêcher celle-ci de se propager. En outre, l’intensité de la lumière doit être réglée de façon à ce qu’elle ne dépasse pas les besoins humains. Et enfin, les éclairages artificiels doivent être réduits ou éteints durant la période nocturne, du moins ceux qui ne sont pas indispensables.

 

Quelles précautions prendre ?

Dès que la nuit commence à se montrer, l’idéal c’est d’éclairer les pièces de votre maison à l’aide de petites lampes afin que votre corps prenne conscience qu’arrive bientôt l’heure de dormir. Ainsi, vous pouvez opter pour des lampes de chevet. Pour une utilisation pratique au quotidien, un abat-jour sans fil serait parfait. Si vous préférez une ambiance orientale, il existe des modèles destinés à cet effet. Voir ici.

Vous aimez plutôt le style moderne et rustique ? Offrez-vous alors un abat-jour rectangulaire.

Leave a Response