Santé quotidienne

Mon fils fume du cannabis, que faire ?

Si votre ado fumme des joints, voici nos conseils
35views

La consommation de cannabis à l’adolescence – Durant la période de l’adolescence il arrive que certains jeunes goûtent aux effets du cannabis. Cette tendance inquiète beaucoup les parents ainsi que l’entourage du jeune, y compris l’école. Une des manières de comprendre ce phénomène est de l’appréhender sous l’aspect de la fonction. Quelle fonction peut avoir la consommation de cannabis à l’adolescence ?

Le concept de fonction de la consommation à l’adolescence

Les parents se demandent souvent quel est le comportement le plus adéquat à adopter face à leur adolescent qui fume du cannabis. Pour mieux se positionner en tant que parent, il est important de savoir pourquoi le jeune consomme du cannabis. C’est la question de la fonction. Autrement dit, il s’agit d’évaluer quelle place le jeune offre au cannabis dans sa vie.

Qu’il s’agisse de consommation d’alcool, de jeux vidéo, de téléphone portable, la problématique reste la même, bien que les effets bio-chimiques soient différents.  Lorsque les spécialistes parlent de « fonction de la consommation » ils font l’hypothèse que la raison de la consommation est le moteur du comportement problématique chez le jeune.

Si cette raison n’est pas identifiée avec le jeune, les mesures interdictrices sont souvent vaines et inadaptées.

Lire  Mieux comprendre l’arthrose

Des consommateurs tous différents

Le phénomène de la consommation est complexe est-il est différent pour chaque consommateur. Une consommation festive et occasionnelle chez un jeune de 17 ans n’a pas la même signification qu’une consommation quotidienne et individuelle à 14 ans.

La consommation du cannabis chez les adolescents c'est un vrai problèmeL’inquiétude des adultes peut avoir la même ampleur dans les deux situations. C’est pour cela qu’il appartient aux professionnels de la santé d’aider les parents à avoir une lecture plus objective de la situation de consommation de leur adolescent.

Dans notre premier cas de figure, nous assistons à une consommation occasionnelle et le plus souvent mise en acte lors de la présence du groupe du pairs. Elle est vécue comme un écart à la norme et engage l’excitation provoquée par une montée d’adrénaline.

La fonction de la consommation dans ce cas est liée à la découverte et à la prise de risque à la période de l’adolescence.

L’isolement de l’ado

Dans notre deuxième situation, nous assistions à une consommation d’un ordre différent. La précocité de l’accès au produit et le caractère solitaire de l’acte, nous indique que le cannabis prend une place importante dans la vie du jeune.

Il a pour conséquence directe de l’isoler de son groupe de pairs et des activités qui favorisent le développement à cet âge là. Nous pouvons faire l’hypothèse que la fonction de la consommation a un caractère d’avantage anxiolytique.

Lire  Comprendre la diversification alimentaire en 5 minutes

Autrement dit, ce jeune utilise le cannabis en automédication pour lutter contre des angoisses dont il n’a pas forcément conscience mais qui demandent à être entendues.

Si dans la première situation la fonction de la consommation est une annexe dans la vie du jeune, dans la deuxième situation elle se présente comme une nécessité. Les conseils aux parents seront donc différents et les mesures entreprises également.

Confiance et relation d’aide

Vous l’aurez compris, à chaque problème ses dispositions. Néanmoins, les études nous apprennent que dans les questions de consommations il existe des facteurs protecteurs universels.

L’un d’eux est le lien de confiance qu’il existe entre le jeune et sa famille. En effet, les familles dans lesquelles les jeunes consomment se sentent souvent dans une grande impuissance. Cette impuissance est proportionnelle au désarroi des jeunes eux-mêmes face à leur consommation.

Ce sentiment pousse la dynamique familiale dans le reproche et la confrontation permanente. Les liens peuvent donc être compromis et les jeunes peuvent se sentir manquer d’estime de la part de leurs parents.

Cette estime qui les soigne et les protège est exactement ce qui diminue en priorité en cas de consommation. La première étape est donc de réhabiliter le lien et l’estime réciproque entre les parents et l’adolescent. Comme l’indique Sonia Ciotta, Psychologue pour adolescents à Lausanne : “si les manifestations d’amour de la part des proches continuent d’exister, le jeune pourra sentir que le jeu n’en vaut pas la chandelle”.

Lire  Ce qu’il faut savoir sur l’expulsion de caillots de sang durant les règles

A l’évocation de la souffrance de leurs parents, les jeunes parlent de leur culpabilité. Plus le lien à la famille est fort, plus le sentiment de culpabilité est important. Ce sentiment est souvent le moteur d’une envie de changement. Le lien construit avec la famille est permanent et sera utile à la construction d’une bonne alliance avec leur thérapeute.

A lire également : La consommation de drogues en France et en Europe

A propos de “mon fils fume du cannabis”

  • Aide pour ado qui fume des joints
  • Consultation psyhcologue pour ado dépendant au shit
  • Mon fils fume du cannabis au college
  • Conseils pour dépendance au cannabis
  • Ado qui fume de la drogue
  • Conseil de psy pour dépendant au cannabis
  • Problème enfant cannabis
  • Forum de parents d’ado
  • Psy conseille pour dépendance
  • Adolescence et consommation de cannabis
  • Risque santé mentale cannabis
  • Cannabis conseils cabinet de psy
Mon fils fume du cannabis, que faire ?
4 (80%) 1 vote

Leave a Response