Sexualité

Chlamydia : Quelles sont les causes les plus fréquentes ?

57views

La chlamydia génitale est une infection sexuellement transmissible de plus en plus fréquente. Elle est même considérée comme étant la première MST bactérienne dans les pays industrialisés. En France, elle toucherait 1,4 % des hommes et 1,6 % des femmes de 18 à 44 ans. Par ailleurs, dans ¾ des cas, cette IST toucherait les jeunes de 15 à 24 ans. Comment expliquer ce phénomène ? Quels sont les traitements et les mesures de prévention ? Nous vous invitons à découvrir les réponses dans cet article.

Les principales causes de cette IST

Le premier responsable de la chlamydia génitale est une bactérie appelée Chlamydiae trachomatis. Comme on parle de MST et d’IST, la contamination se fait principalement par voie sexuelle lors des rapports sexuels non protégés avec des personnes infectées qui sont la plupart du temps asymptomatiques.

Il est important de souligner que l’infection peut se transmettre quel que soit le type de rapport sexuel : vaginal, oral et anal. Sachez qu’on peut également être contaminé par le contact des muqueuses ou encore par l’échange de sextoys.

Et enfin, une mère infectée risque également de transmettre l’infection à son nouveau-né lors de l’accouchement.

Lire  Préliminaires : pour joindre l’utile à l’agréable !

Une maladie silencieuse

La chlamydia est une IST qui se fait de plus en plus fréquente, mais dont on parle rarementMalgré les chiffres donnés en début d’article, le nombre de cas peut être encore plus élevé. En effet, cette IST est qualifiée de « maladie silencieuse » du fait que la majorité des personnes concernées ne présentent aucun symptôme (plus de 50 % des hommes et 70 % des femmes). Par conséquent, ne sachant pas qu’ils portent la maladie, peu sont ceux qui viennent consulter.

Il faut pourtant savoir que les conséquences peuvent être graves si l’infection n’est pas traitée. Ainsi, il est conseillé d’effectuer un dépistage systématique. D’ailleurs, un communiqué de la Haute Autorité de la Santé (HAS) sorti en octobre 2018 le recommande fortement aux jeunes femmes sexuellement actives de 15 à 25 ans, ainsi qu’aux futures mamans. En effet, il est à savoir que les femmes sont les plus concernées par cette IST.

Qu’en est-il des symptômes ?

Généralement, les symptômes ne se manifestent que tardivement après la contamination. La plupart du temps, les premiers signes n’apparaissent qu’au bout de quelques semaines. Dans d’autres cas, ils peuvent prendre encore plus de temps avant de se révéler.

Chez l’homme

Les premières manifestations de la chlamydia chez la gent masculine sont observées au niveau de l’urètre. Le patient peut alors souffrir de :

  • douleur dans le scrotum et sensation de brûlure lors de la miction
  • démangeaisons et picotements
  • écoulements anormaux blanchâtres ou jaunâtres
Lire  Du viagra naturel pour une libido au point

Chez la femme

Les premiers signes de la chlamydia chez la femme se manifestent au niveau du col de l’utérus. En général, la patiente peut se plaindre de :

  • douleurs pendant les rapports sexuels ou lors de la miction
  • douleurs au niveau du ventre et dans le bas du dos
  • saignements après les rapports sexuels et entre les règles
  • écoulements vaginaux inhabituels

Dès que ces signes apparaissent, il est fortement recommandé de consulter votre médecin. Il est également important de traiter votre partenaire afin d’éviter l’infection ou une éventuelle réinfection. Cela permettra aussi de prévenir une dissémination future de la bactérie.

Si vous vous sentez gêné d’aller en cabinet, il vous est actuellement possible de consulter un médecin sur votre Smartphone. Le site Livi.fr vous propose une application iOS et Android vous permettant de consulter un médecin en ligne.

Comment peut évoluer la maladie sans traitement ?

Sans traitement, cette IST peut provoquer des inflammations des trompes de Fallope ou de l’utérus chez la femme. Cela peut fortement augmenter le risque de grossesses ectopiques et donc d’infertilité.

Chez l’homme, cette infection peut entraîner des inflammations des testicules ou de la prostate. Le risque d’infertilité est également important.

Chez les deux sexes, cette infection sexuellement transmissible peut amener au risque de transmission du VIH. Par ailleurs, un nouveau-né infecté par sa mère durant l’accouchement peut contracter par la suite une infection pulmonaire ou oculaire.

Lire  Les avantages et inconvénients de l’implant contraceptif

Plus rarement, l’infection peut se propager au niveau des articulations par voie sanguine. C’est ce qu’on appelle le syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter.

Quels sont les traitements ?

Étant donné que la chlamydia est une infection d’origine bactérienne, le traitement est basé sur la prise d’antibiotiques spécifiques. En fonction de la gravité de l’infection, votre médecin peut vous en prescrire un parmi les nombreux antibiotiques existant pour le traitement de cette IST.

Parmi les plus efficaces, on peut noter les tétracyclines, macrolides ou encore les fluoroquinolones. Si l’infection n’est pas importante, votre médecin peut vous prescrire l’azithromycine en monodose. En revanche, dans les cas les plus graves, une hospitalisation est souvent nécessaire pour que le patient puisse recevoir son antibiothérapie par voie intraveineuse.

Et enfin, sachant que cette IST est une maladie silencieuse, évitez d’attendre l’apparition des symptômes avant d’aller consulter votre médecin. Pensez à effectuer un examen régulièrement afin de déceler l’infection rapidement et pour que le traitement soit plus efficace.

Commenter cet article

Leave a Response